La dette, ou comment faire table rase des conquêtes sociales?

Étude2 décembre 2011 |

Merci d’avoir répondu à notre invitation pour participer à cette table ronde sur la dette. Il s’agit d’un sujet terriblement d’actualité. Beaucoup de choses ont déjà été écrites à ce propos. Des revues spécialisées y ont consacré des dossiers complets, comme dernièrement les Cahiers Marxistes. En tant qu’organisation d’éducation permanente, l’ACJJ voudrait s’efforcer de rendre ce dossier complexe un peu plus accessible au plus grand nombre. Il nous a donc semblé intéressant d’organiser cette table ronde avec différentes personnalités et de proposer avec ces personnes ressources un regard croisé sur cette question qui préoccupe le monde entier.

Partout dans le monde, il y a des réactions. Notamment en Grèce où le mouvement social a pris une très grande ampleur pour protester contre les conséquences de cette dette qui se traduisent par des mesures d’austérité extrêmement draconiennes liquidant des emplois, anéantissant des droits sociaux, réduisant les salaires… Ce mouvement social grec a une incidence immédiate sur notre rencontre puisque l’un de nos invités, Yorgos Vassalos est bloqué à Athènes par la grève dans les transports aériens et nous a adressé un message pour s’excuser.

J’ai le plaisir d’accueillir les invités qui ont pu être présents. A commencer par Virginie de Romanet, du CADTM qui a travaillé sur cette question en montrant notamment comment contester certaines dettes qualifiées d’« odieuses » ou d’« illégitimes ». Merci aussi à Réginald Savage, professeur à l’UCL qui travaille tout particulièrement sur la question des finances publiques. Merci encore à Xavier Dupret, du GRESEA, auteur de travaux sur la crise des banques qui sont dans une large mesure au cœur du sujet qui nous préoccupe ce soir.

Lire le texte (pdf, 6 MB)