Le peuple sahraoui, une marche qui dure 45 ans

Conférence-débat
9 novembre 2020 | 18:00
World wide web
 

45éme anniversaire de la Marche Verte: la Nakba saharaouie

De 1884 à 1975, le Sahara Occidental était une colonie espagnole.
Dès les années 1950, les anciennes colonies européennes accèdent tour à tour à l’indépendance. C’est dans ce cadre qu’en 1966, l’Assemblée Générale de l’ONU encourage l’Espagne à organiser rapidement un référendum d’autodétermination au Sahara Occidental.
En 1973, des militants sahraouis indépendantistes créent le mouvement de libération « Front populaire pour la libération de la Saguia Al-Hamra et du Rio de Oro » (Front Polisario). Dans le même temps, le roi marocain Hassan II déclare qu’il rejettera tout résultat de référendum qui conduirait à l’indépendance du Sahara.
En octobre 1975, la Cour de Justice Internationale de la Haye publie un avis affirmant qu’il n’existe aucun lien de souveraineté entre le Sahara Occidental et le Royaume du Maroc.
En dehors de toute légalité internationale, le 6 novembre 1975, le roi marocain Hassan II lance la marche verte et ainsi, l’annexion du centre et du nord du Sahara Occidental. 350.000 civils marocains marchent sur le Sahara Occidental, une opération soigneusement préparée par l’armée d’Hassan II. Dans le même temps, la Mauritanie envahit le sud du territoire.
S’en suit une guerre entre les résistants sahraouis, l’armée marocaine et mauritanienne. Le Maroc bombarde les civils sahraouis qui fuient les combats. Ces derniers se réfugient dans des camps au sud-ouest de l’Algérie. Ils sont, aujourd’hui, plus de 173.000 à vivre, en exil, dans ces campements, totalement dépendants de l’aide humanitaire.
En 1976, alors que l’Espagne se désengage du Sahara Occidental, le Front Polisario proclame la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD).
Le 26 juin 1981, au sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) de Nairobi, le Maroc dit accepter l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara Occidental. En conséquence, le Conseil de Sécurité des Nations Unies s’accorde sur la nomination d’un Représentant Spécial chargé de la question du Sahara Occidental.
En 1984, la République Arabe Sahraouie Démocratique siège pour la première fois en tant que membre à part entière de l’OUA.
Dans le même temps, le Maroc construit un mur de 2.700 km de long pour contenir le Front Polisario à l’est du Sahara Occidental. Il s’agit de l’un des terrains les plus minés au monde.
En 1991, Le Conseil de Sécurité de l’ONU déploie la Mission des Nations Unies pour l’Organisation d’un Référendum au Sahara Occidental (MINURSO) sur le territoire.
Depuis, le gouvernement marocain a saboté toutes les tentatives d’organisation de référendum. Cela fait maintenant plus de quarante ans que le Royaume du Maroc poursuit son occupation illégale du territoire et viole de manière permanente le Droit International Humanitaire au Sahara Occidental.

Avec:

  • Oubi Bouchraya, nouveau représentant de la RASD à l’UE (La question sahraouie: de l’occupation à la violation des DH par l’occupant marocain)
  • Pierre Galand, Président du Comité belge de soutien au peuple sahraoui et de l’EUCOCO (la solidarité des organisations de la société civile européenne avec le peuple sahraoui)
  • Maite Mola, Vice – Présidente du PGE en charge des Relations internationales (sur le travail réalisé par le PGE au niveau European sur le sujet du Sahara Occidental)
  • Xavier Dupret, Association culturelle Jacquemotte (sur l’exploitation des ressources naturelles du Sahara Occidental)
  • Jira Bulahi, Ministre de la santé de la RASD (la situation quotidienne dans les camps Sahraouis)

Cliquez sur ce lien pour rejoindre le webinaire: https://us02web.zoom.us/j/85024739770 (mot de passe: 474450)