Marx, à mesure- 21 : Le 18 brumaire de Louis Bonaparte

Marx, à mesure3 janvier 2018

En décembre 1850, lorsque Marx entreprend de rédiger le 18 Brumaire, il apparaît que les révolutions de 1848 ont été vaincues. Le temps est venu de tirer les leçons de la séquence historique qui se termine.

L’écriture de cette étude accomplit un geste de lucidité politique et théorique.

Une sensible rupture advient, en effet, au regard du « déter­minisme » socio-économique, classe contre classe, qui commandait la logique révo­lution­naire du Manifeste. Marx découvre l’intervention d’autres facteurs, parmi lesquels les mécanismes idéologiques de la représentation politique. Cette complexité le contraint de porter son attention sur un jeu de causalités multiples et enchevêtrées, d’instances interactives dans une situation historique mouvante.

Tout l’intérêt des analyses du 18 Brumaire réside dans ces approches nouvelles.

*

Non moins que dans Les luttes de classes en France, l’analyse de Marx dans Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte combine des énoncés de trois sortes: les uns fournissent une relation des faits, les autres formulent des commentaires et des jugements argumentés, certains encore développent une analyse centrée sur l’intelligence des processus sociaux et politiques.

Cette diversité explique que nous avons procédé en distinguant autant que possible les séquences évènementielles et les énoncés porteurs d’une leçon théorique.

Les premières seront intégrées dans un dispositif chronologique d’ensemble où les extraits de l’écrit lui-même de Marx trouveront leur place dans un encadré qui les signale et les souligne comme tels.

Les seconds feront l’objet de divers chapitres distincts réunis sous la catégorie et sous le titre d’ « Ana­lyses ».

*

Le second cahier de ce fascicule apporte les informations indispensables que requiert le personnage de Louis-Napoléon Bonaparte : une brève évocation de sa carrière politique, les principaux repères chronologiques et politiques du coup d’Etat de décembre 1851, un compte rendu, enfin, de son ouvrage intitulé l’Extinction du paupérisme dont le rôle n’a pas été négligeable dans la pénétration du bonapartisme au sein des classes populaires.

*

Le troisième cahier de ce fascicule propose une lecture suivie de l’ouvrage de Proudhon paru sous le titre de La révolution sociale démontrée par le coup d’Etat du 2 Décembre. Le retentissement de cette publication en juillet 1852 justifie que l’on prenne le soin d’en examiner le contenu. Marx et Engels en ont été du reste les lecteurs attentifs. Le souci d’informer sur cette œuvre à maints égards singulière explique que l’on ait ajouté une note circonstanciée sur les relations entre Proudhon et Louis-Bonaparte au cours des années 1848-1852.

À télécharger

Lire le texte (pdf, 7 MB)