Economie politique des droites latinos

Analyse18 mai 2018 |

Du côté de la lutte contre l’inflation qui avait constitué le cheval de bataille de Mauricio Macri durant sa campagne présidentielle victorieuse en 2015, on observe une envolée des prix à Buenos Aires comparable, et peut-être même supérieure, à ce qui avait existé sous la présidence kirchnériste. L’échec est patent.

A l’époque de la passation de pouvoir entre la gauche et la droite en Argentine (décembre 2015), le taux d’inflation annuel était de 27,50%. Après un an de présidence à droite, l’inflation en Argentine avait franchi la barre des 40%. Pour l’année 2017, l’inflation a été de l’ordre de 25%, 8 points de plus que la cible visée par le gouvernement.

À télécharger

Lire le texte (pdf, 243 KB)