Marx, à mesure-20 : Le procès de Cologne de 1852

Marx, à mesure3 avril 2017

 

Le présent fascicule se trouve consacré au procès de Cologne de 1852.

Toute cette année 1852 sera intensément consacrée par Marx et Engels à la défense de leurs camarades inculpés par l’État prussien de menées subversives. Dès l’ouverture du procès, le 4 octobre 1852, ils n’auront de cesse de relever à travers la presse qui leur parvient les manœuvres de l’accusation et de les dénoncer en fournissant aux défenseurs les preuves de ces machinations policières.

Le dossier que nous présentons s’est donné pour objectif d’offrir une vue précise sur l’évènement au prix, on le verra, d’un rien de technicité, inévitable dans un univers où s’enchevêtrent sombrement les intrigues d’une triste collection de mouchards et d’agents provocateurs.

Notre curiosité sera d’autant plus utile, espérons-le, que les sources documentaires sur le sujet sont quasi toutes en allemand.

*

Nous avons ajouté en annexe une étude sur un sujet bien extérieur à ce dossier principal, mais un sujet étroitement associé à cette période de la vie privée de Marx. Il s’agit d’examiner la question de savoir si Marx se trouve ou non le père biologique de l’enfant dont Lenchen Demuth, la servante et compagne de la famille, a accouché le 23 juin 1851. La question est des plus controversées. Nous proposons une enquête qui permettra, si possible, d’en juger.

*

Le principal apport intellectuel de Marx au cours de cette année 1852 a été assurément la rédaction du Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte. Cet écrit fera l’objet de notre prochain fascicule.

À télécharger

Lire le texte (pdf, 2 MB)