Faire le point sur la pensée réactionnaire

Analyse16 novembre 2016 |

Pour parler de la pensée réactionnaire,  il faudrait peut-être commencer par une sensation un peu étrange que, à peu près tout le monde, ressent parfois : « c’était mieux avant ! ». C’est un peu vague comme point de départ. Mais dans ce cas précis, c’est peut-être un bon début.

On peut trouver cette formulation un peu triviale. Un poète a appréhendé cette réalité de façon plus profonde. «N’importe quel temps passé fut meilleur disait le poète espagnol Jorge Manrique mais dans le cadre des magnifiques «Stances sur la mort de son père». La portée était alors tout autre, à la manière des travaux du philosophe Hésiode qui raconte les différents âges que parcourt l’humanité, dans le sens d’une déchéance, depuis l’âge d’or des origines jusqu’à l’âge d’airain dans lequel le poète place son époque. « La race humaine vivait auparavant sur la terre à l’écart et à l’abri des peines, de la dure fatigue, des maladies douloureuses, qui apportent le trépas aux hommes. »

 

 

À télécharger

Lire le texte (pdf, 126 KB)